Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/288

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

15670« No sei por quoi me portez atison,
« Que toz les altres acolez a bandon,
«  Ancor ver moy, non sai ochasion,
« No avez degné parler un sol sermon.
« Ja non so jé cil che la mesprison
15675« Fist desor vos de le guant sor le fron. »
Roland le cuens bien entendi le son,
Envers Ostos rit e puis li respon :
« Mal scoler fustes a intendre Caton. »

DCLXXVII[1]

Si tost comen le niés au fil Pepin
15680Avoit oï sir Ostos son cosin,
Deronp la presse de Frans et Angeïn,
Contre lui vait o senblant felonin ;
Ne croi che plus buen falcon pelegrin
Aille plus tost sor clamor de polcin,
15685Comant Ostos desend dou Moraïn ;
Contre lui vait con atretel inclin,
Con feit dancel a baser le meschin ;
Genollé fust, més le cons palatin
Le tient amont par le mantel d’ermin.
15690Le vis le baise e la boche aussin ;
Mais sir Hostos, con senblans orfanin,
Dist : « Cousin sire, por le cors san Martin,
301 a« Ben vos puis dir e jurer tot a fin,
« Si nel cuidasse jamai, par nul convin,
15695« Plus amesez ne stranje ne visin
« Con cil ch’ estoit estrait de vestre lin.
« Mostreç m’avez hoi senblant orfanin,

    — 15671 totes — 15672 oschasion — 15674 celu che lames prson — 15677 Euers ; manque li

  1. — 15679 at intender — 15680 Auoit oisi ostos — 15681 augeĩ — 15682 o manque — 15683 bue falcon — 15686 C. lui irdit cõ atre tel in chin — 15690 baisse — 15691 sir manque ; horfanin — 15692 ꝯsin — 15693 vos manque — 15695 trait.