Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/286

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

299 bBaisé l’aüst la janbe e tot le pis.
Roland l’acolle disant : « Stez sus, amis. »
15615Plus tost n’avroit un on un b escris
Con le camoi fu covert de Françis.
Entor lui sunt coru grand e pitis :
Ceus sunt plus lieç che plus prochan se mis ;
Ceus che pueent tocher le auber trelis
15620De cescuns maus se tenoient garis.
Tel fu la nosse, le tanbor e le cris
Che jeterent François quand l’ont causis,
Que trestoit le air e le poi en tentis,
Disant ceschuns : « Yesus, grace e mercis,
15625« Che rendu n’ais le ome beneïs. »

DCLXXVI[1]

Grand fu la prese des François, des Berton,
Des Allemans, de Flamens, de Frison
Che fu entor Roland le fil Milon.
Segnor, jamés si grand procesion
15630Ne fu veüe d’Alemans a bordon
Aler a Rome, a Saint Per Pré Neron,
Quand ert mostré le pan que la façon
Recuit l’emaje de nostre sir Yeson,
Come vienent veor le niés Karlon.
15635La veïsseç le bas desor le lon,
Cescuns urter e poier contremon,
Disant un cri plus de mil a un ton :
« Cantate Domino canticum novon,

    — 15613 Basse laust laiabe — 15615 un oti .vii. b. extris ; cf. v. 15205 — 15616 furet — 15617 su coru — 15619 puet — 15620 De cescus tenoit — 15622 ietent f. quand loit — 15623 e manque — 15624 ceschus — 15625 rendus nai lome b.

  1. — 15626 et de b. — 15627 Dallemas de flames e de frison — 15630 Ne fu iame alemans — 15631 a scanper preneron — 15634 vient — 15635 Laueseç — 15636 Cescus aurter — 15637 D. a un cri — 15638 C. dñm.