Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Prent in ses braz la puçelle tot nue,
Ne ja por mort non l’averoit rendue,
298 aTot ensemant le duc la color mue.
Tan fu a cescuns la joie gran creüe
15535Qu’el tenoient leur chiere basse e mue.
De l’acoler fu la joie complue,
Q’a pué ne furent passmé sor la menue ;
La leur parole fu si vaine e perdue
Por la dolçor ch’al cor li fu movüe
15540Qe de gran piece n’iert rasson manteüe ;
L’uns guarde l’autre con oilz, sens debatue.
Asis furent por desus l’erbe drue ;
Mais a Oliver fu laingue revenue :
« Sire Roland, proece vos salue
15545« Che vos compagne m’avés mal sostenue ;
« Mais bien pois dir, se Domenedé m’aiue :
« Quant vos sens moi oltre la mer fondue
« Vos en alastes en la çent meschreüe,
« La compagnie d’ovec moi fu ronpue,
15550« Qant vos sens moi feïstes departue.
« Desoz Vïene, me fu la foy plevue
« Che le frer Aude por nule rien nascue
« Ne feroit més rier Roland remansue. »

DCLXXIV[1]

Rolant oï del duc la lamentançe ;
15555Respond a lui con molt gran piatançe :
« Oliver frer, sauve ta reverançe,

    — 15534 cescus — 15535 l. cluere — 15537 Qe pue — 15538 La l. proie fu si u pedue — 15539 monue — 15540 rasso mant eue — 15543 laigue — 15544 fatue — 15545 compagnie, sostonue — 15547 Quat u. snens moi lotre — 15548 V. en auistres — 15549 doñc moi fu ropue — 15550 de partie — 15551 pleuie — 15552 por nus hon

  1. — 15556 saune.