Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/281

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Por davant s’engenoille al duc al cors gailart ;
15480Le cuer en oit si tendre che de parler fu tart,
Més celui le redrece, che n’oit pont de resgart.

DCLXXI[1]

Por le consel de Naime, le bon dus,
Estoit le rois sor palafroi crenus ;
Seli arere les altres est corus,
15485Seguirent lui le grant e li menus
Che por le dit Rainer furent tasant e mus,
Que le niés Karle avoit premer veüs
Lez la fontaine, desoz l’arbre folus.
Donc n’i a nus che non fust revestus
15490De complie joie, merciant l’aut Yesus
E sa dolz mer, che porta le bon frus,
Que doné i ont tant de grace e sallus
Que il poront veoir l’om sorcremus
Q’estoit son spoir, conqisse e clere lus.
15495Quand Rolant garde par mé le pré erbus,
Causi Rainer, che ça estoit desendus
Del bon destrer e davant luy stendus.
De salüer oit le cors si inclus
Che a poine puet dir : « Bien soiés venus. »
15500Rolant le quens entre bras l’out prendus
Doumant l’acolle, amont le drece sus ;
297 bMolt gentilmant l’out le ber receüs,
Més n’oit lesir de dir gaire trop plus,
Fors solement : « Bien venez vos, mon drus »,
15505Que le grant ost caussi dou Çesarus.

    — 15480 en manque — 15481 le rebrace

  1. — 15486 rainere — 15488 Delez, lerber f. — 15491 clie porta — 15492 ta de grace — 15493 Que p. ueoir lon sor cremus — 15494 Qe soit, cler lus — 15495 Quad ro. esgarde — 15497 luy destendus — 15499 soies uos uenus — 15500 en tie brãs lont ; — 15502 lont ; manque le ber.