Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/279

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« De moi tenés vos Nantes e l’onor de Nantuel.
15430296 a« Quant or me ranpoignés insi devant mes huel
« E vos i avés raison, adonch sofrir le vuel ;
« Mais, foi qe je doi Diés, sant March e sant Nicuel,
« Se je retor en France, ains qe l’entende ou luel,
« Qu’il n’avront trop loisir de dir : je me despuel,
15435« Ains lor ferai sentir cum aim lor chant ni el.
« Que s’en aile qui ploit, qe l’aler ne li tuel,
« Que ci veul demorer e devenir aiuel
« Anchois qe je gerpise de cil terans un suel,
« S’avrai dou roi Marsille abatus tot l’orguel.

DCLXVIII[1]

15440— Sire », ce dit Rainer, « por Dieu li roi celestre,
« Tot tans vos ai tenus e tenrai por mon mestre ;
« Ce qe je di est voir plus qe sermons de prestre.
« Alon li fer honor, car por rasons doit estre. »
Oliver respondi : « Ne nos parler sovestre ;
15445« Se rien en sais certeine, si la nos manifeste,
« E, se ce ne fust voir, ne me feir plus irestre.
— Segnor », ce dit Rainer, « saint Tomas vos ancestre
« Vos apris de non croir senz tochier le lez destre.

DCLXIX[2]

« Por Deu », ce dit Rainer, « qant ne me volés croir,
15450« Venez a tot le men ma boisdie veoir. »
Hostous lieve en estant e jure saint Gregoir :

    — 15429 mantuel — 15431 E uos ianes — 15433 len tonde ou luel. Je ne comprends pas ou luel — 15435 aulor chant niel — 15437 Que ei — 15438 seuel

  1. — 15443 Ce qe ce di — 15444 ne uos parler so uestre — 15446 ne ne feir — 15448 de non croit
  2. — 15451 lieues en estant euire.