Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/278

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

15405« Mais le cors qe crient honte ne le puet consentir ;
295 b« Qui veult, aler s’en puet, qe ci vuel definir
« Ains que por moi s’en fue le signal de l’anpir. »

DCLXVI[1]

Mout fu grant le parole et aïrez le rois,
Car n’i avoit barons, se il n’estoit François
15410O Baiver o Normans, Bertons et Erupois,
Qu’il ne die son sir : « Deman matin m’en vois. »
Atant es vos Rainer qi leur maudir fi quois ;
Les barons deronpant, cun s’il fusent borjois,
Se veit engenoiller, e con pietose vois
15415Dir a Carlons : « Biau sir, ne soiés an efrois,
« Tot tans avés regniés et encor regnerois :
« La rien qi vos donoit e donera repois,
« Vos la veïstes ja et huei la reverois,
« Car j’ai trovei Roland e quens Hue de Blois,
15420« S’ai mon faucons leisiés por venir plus manois ;
« A l’onbre de un arbre les ai veüs tut trois :
« Cescuns tient son chevaus por la rene d’orfrois.
« Sir, mandés li a l’encontre, si ferés qe cortois ;
« E se vos i alés, grant prou de vos ferois,
15425« Que, qant vos le verés, de voire dir porois :
« J’ai trové la conqise dou païs Espanois.

DCLXVII[2]

— Rainer », ce dit le roi, « or me doublés mon duel,
« E s’avés bien grant tort, car mout amer vos suel :

  1. — 15408 aitez — 15410 O bainer o uormans — 15411 som sir — 15412 en uos r. qi leu m. siquois — 15413 bogonois — 15418 Vos laiuestes — 15421 dun obres — 15423 Sir mandreli ale contre — 15426 Lai
  2. — 15428 E sauers b. g. tor.