Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ou devons nos aler, cant la voie premere
« Avons ensi perdue ? Dites, qe devons fere ?
— Je ne sai, sir » dit Sanses, « car non sui costumere
15295« De veoir tel merveille c’onqes no vi tant fiere,
« Q’avons perdue la voie con renart la livrere.
« D’une part voi desers e de l’autre, rochere ;
« Ancoi vodroie estre prés la fontane cleire,
« E le pomer fust teus cun dou premer afere.
15300— Se ce fust verités », dist Hue, « por Saint Piere,
« Je remandroie en pés et en ost l’amperere,
293 b« Que mais non partiroit d’iluech le fil ma mere. »
Adonch l’a regardés Rolant par mi la chiere.
« Ces paroles », dist il, « insent de male espere. »

DCLXII[1]

15305« Segnor », ce dit Rolant, « pués qe dir m’aconvin,
« Ignorans et engrés vos voi en cist maitin,
« Quant vos non conoissés le miracle divin
« Que vos a demostriés li Sir qi est senz fin.
« Ier sor trovastes fruit de Paradis terin
15310« Qi vos dona sabor de pan e carn e vin,
« E, por vos regarder de cescuns mal destin,
« Avistes entre vos un angle kerubin
« En l’emagie de moi : j’en sai bien le convin.
« Anueit ne vos fui mie a une liege voisin. »
15315Lor dist lor de l’ermite le dit e le dotrin,
Mais ne lor cunta mie de sa mort le termin.
Trestoit la autre afere lor dit le Palatin.
Tant vont por cele stree, si cun escrist Trepin,
Que dou chemin sant Jaches sunt entrés en seisin

    — 15293 Auos — 15294 sire dit sanson — 15295 mereueille — 15296 la ioie c. r. la iurere — 15299 fustẽ cũ — 15303 A. le regardes

  1. — 15305 macõũien — 15308 Qui — 15313 Lor dist leremite — 15318 si cũ ẽ cist trepit.