Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/27

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Se Damediex n’en panse, le filz sainte Marie,
165 bGrand domaje i avront François avant complie.

CCCLXIV[1]

A le rescose Gondelbuef le Frixun
Brocerent tuit a coite d’esperon
8525Frixuns et autres de mainte regiun.
Sor la bataile Sinador le fellun
S’entrecontrerent por si tres grant randun
Que bien puet dir cels qi les atendrun
Ne les ament valesant un boton.
8530A l’encontrier oit une tiel tençun
D’astes, de maces, de brans e de picun
N’a si ardiz Cristïen n’Esclavun
Che les gardast ne tremblast en l’arçun.
De mors e d’abatuz ferent mult grant le mun ;
8535Onque si grant bataile ne tel oncisiun
Ne fu en Josefail au tens Heumenidun.
Sinador si leit corre le destrer d’Aragun ;
Sa gient voi recuser, a pué d’ire ne fun.
Pres l’ansaigne de Frixe ala ferir Doün,
8540Camberlain Guendelbuef, des mielz de sa masun ;
Un cier confanon d’Aindre, o havoit paint Machon,
166 aLui mist par mié le cors ; mort l’abat au sablun.
Pués se fiert en la prese a gise de fauchun ;
Cui il consuet a colp n’a de mort garisun.
8545Des Frixuns trespasa le maistre confenun ;
Quant cort ensi avant, il ne fist se fol nun,
Car se gient l’ont garpi, d’aus ne avra garisun.
Il a gardé a destre, s’apercuet un penun :

    — 8521 pansa

  1. — 8525 mamere regiun — 8527 radun — 8530 Al encontrie i ot une — 8534 ierũt mult auãt luinũ — 8537 si et le manquent — 8541 daindie chauoit — 8546 Quant cor̃t.