Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

290 a« C’ert ma comuniançe, en lou dou cors Jesus,
« Que tu me doneras ains qe jor soit venus.
« Quant m’avrai confessié et cist pan reçeüs,
15115« Ceste vie teraine e cist monde refus :
« Devant toi me verais geisir mort estendus :
« Ce m’a feit a savoir la divine Vertus.
« E tu soies prodome, se tu onqes mas fus,
« Por esaucer la loi de Cil qi fu pendus
15120« En servixe de nos e por nostre salus.

DCLII[1]

« Biau frer, je morai sempre qant confessiés m’avrais.
« Quant serai anfoïs, se t’en retornerais
« Toi e tes compaignons qu’enz ou val troverais
« E tut ti compagnons, voir c’un perdu en ais :
15125« Je ne sai qel il soit, mais deman le savrais.
« Se tu por Deu travailes, bon merit en avrais,
« Car qant tu veus savor le jor de ton trepais,
« Donc te feit a savoir qe puis ke prix avrais
« Ceste cités asixe, .vii. ans plus non vivrais ;
15130« En le servise Deu come martre morais
« E si serais traïs, con fu il por Judais ;
« Mout crois et ames cil de qi traïs serais :
« Ne moi fu dit q’il soit, ne por moi l’oïrais.
« Je me fi en Jesus el semblant qe tu ais
15135« Qu’en le servise Deu ton valor doublerais :
« Cun il venra plus cort, plus t’en enjoïrais
« Por aler tost en gloire o il n’a nul mesais. »

    — 15112 comançe — 15116 mere uerais — 15117 Etema — 15120 E servixe

  1. — 15124 perduas enais — 15125 il sor — 15127 cõtrepais — 15128 Doute f. — 15129 Ert le c. a. ; manque plus — 15130 mãtre — 15135 Quẽ ler uise dou — 15136 tẽ emorais.