Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Ombleté, pïeté e charité divine,
« Largece pardurable, a qi cun toi chemine,
« Con splendor demostras en la Vergne roïne,
14955« Le jor qe tu l’ombras por la gient orfenine
« Que tote estoit danee en la paine inferine.
« Bien fu grant ombleté e pïeteus insine,
« Quant prendre te leisas a une gent frarine :
« Cil jor se leisa l’aigle seisir a la poucine.
14960« Pués fu il ta largeçe l’andeman sine fine,
« Que ton cors nos donas e ta vie terrine ;
« Por nostre amor fu tote ta blance car sanguine
« E ta santisme front coronee de spine.
« Senpre soit il loee ta dous graçe enterine
14965« E le nom de ta mer, qi est de tot bien racine,
« E totes les compagnes, trosqu’en la kerubine,
« Que m’ais, Syre, gari de la paor marine
« E menés jusque ci por mi la desertine.
« Je su bien ostalés, mais le cors m’endevine
14970« Qu’il sont mi dui compaing en esgaree strine.
« Feites, Sir, vestre graice d’aus prochaine e voixine,
« Si q’il n’aient poor deci qe a la matine. »

DCXLIV[1]

Mout bien oï dou serf la proiere li Sir
E bien la mis en uevre, cun je vos savrai dir,
14975Quant il fist un son angle complïemant tolir
287 bLa image Rolant et as deus revenir
Qi furent enz ou val, cescuns plens de sospir.
Li angle li salue, pués comançe a sorrir

    — 14953 Largete — 14955 orfemine — 14956 estoient — 14957 piẽteus ĩ fine — 14959 pocine (avec signe abréviatif de r au-dessus du c) — 14961 teri ine — 14964 cãdous g. e. — 14968 por nula deb tine — 14969 ostaler — 14970 scrine — 14971 prochaine roixine

  1. — 14978 pues omãce.