Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/260

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

14925« Or cro gie bien d’Ector e dou bon duch d’Archaje :
« Jamais non mescrerai nul antis vasalaje.
— Amis », ce dit Sanson, « en le celestre estaje
« Est le qeison por qoi fais a Pagien domaje :
« La tempre de m’espee a trop grant avantage. »
14930A ce qe il parole en leur Roman lengaje,
La clocete oïrent soner au Deu mesaje.

DCXLII[1]

L’armite sali sus, qant il oï le son,
E a dit : « Or atend, biaus frer, qe ja avron
« Une dimi pan d’orge et un pome rodon.
14935« Avant qe tu t’an ailes de la moie maison,
« De ce qe l’en m’aporte dou celestre roion
« Maingerons loialment come bon compagnon.
— Sire », ce dit le duch, « je vos requier un don
« E, se je i faloie, si demand li perdon.
14940« Bien croi qe vos n’alés parler a terans hon,
« Mais a un citoien dou regne d’Aquilon :
« Demandés li, biaus sir, ne di se por bien non,
« Quant ert corte ma vie a cist pechable mon. »
287 aLi hermite li regarde, puis li dist un sermon :
14945« Nen ais tu mie point lit les vers de cançon ? »
Li duch bati sa coupe dos fois soz le menton,
E le hermite s’en veit e leisa lo baron.
Rolant en mi l’anclostre s’est mis en genoillon ;
Le vis vers Oriant, comance un’ oracion.

DCXLIII[2]

14950Con grant devocion le duch le ciel encline,
Pues dist : « Ai ! saint splendor qi le monde inlumine,

    — 14925 b. doctors — 14929 La cõpre de mes pee a t. agrãt a. — 14930 A ce qi le p. en leu r. l.

  1. — 14934 U. dun p. — 14935 Aitãt — 14940 terãt hõ — 14942 Demandelei — 14944 rigarde p. d. — 14946 sor le m. — 14947 heremite.