Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/256

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

14815« En l’ahé de quinz ans me fist venir ribaus
285 a« Orfeu, mon compagnon, Flabin et Amadaus :
« Les armes a mon per, si dras e si chevaus
« Anbloie et ribaudoie e despandoie entr’aus.
« Mon per en sa mason me trova, un jornaus :
14820« Robee avoie sa chambre come larons furaus,
« N’i avoie laisié drais ni var ni cendaus ;
« Dit li fu, e il vient corant come un bidaus,
« Trova moi en sa cambre, tel me dona d’un paus
« Que sor le pavimant pasmai de duel coraus.
14825« Quant je fu revenuz, si m’an prist ire taus
« Que sor lu m’en alai, en ma man un cortiaus,
« Por le piz l’en feri, moi chetis desloiaus ;
« Maintenant cheï mort, je n’en puis pais dir aus.
« Ma mer gita un cri, e mon frer jovençaus :
14830« Ambesdeus les aucis, si m’en fuï d’entr’aus.
« Garde s’il me vanqi, amis, le angle faus.
« Proierais donch por moi le Roi esperitaus,
« Car je sui ensi lui e vergonios e faus. »
Lor souspira Rolant, le nobile vasaus.
14835« Aï ! sire », feit il, « qeil pechié e qeil maus !
« Perdoner le vos voille le Syr celestïaus.

DCXXXVIII[1]

« Sire », ce dit Rolant, « j’ai bien sovant ohi
« Conter de cist pechié qe vos me dites ci,
« Que un Sanson de Rome, qi Anibal fu fi,
14840« Un jor e per e mer e son frere mortri ;
« Ancor le remembrent li preste en lor casti.
« Mais l’en dit qe ce fu bien a cent ans compli.

    — 14822 D. il fu — 14825 prĩz — 14827 moi cheuz d. — 14829 Ma mere — 14830 Ai bõs deus — 14831 menã qi — 14832 espericans — 14833 uergõiaus — 14834 uesaus — 14835 fertil

  1. — 14838 uos ame d. ci — 14840 Un roi.