Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/251

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCXXXI[1]

Rolant voit de l’hermite le ancïen visaire
Qi senbloit de la barbe Abraant o Machaire ;
Entant q’il le manaçe s’il li demoroit gaire.
14690« Ermite », dist le dux, « je soi de meilor aire
« En amer Jesu Crist qe le cors non te naire :
« Se tu crois Trinité, je ne sui son contraire.
« Proier en remembrance te veul de cil sudaire
« Que gari de ladrie le Roman enperaire
14695« E por l’amor la Vergne qe tot le monde sclaire
« Que tu ovres la enç le neveu d’un Cesaire.
« Cil puei parler te veut avant q’il s’en repaire ;
« Le uns poroit de l’autre aucune profit traire.
« Je ai dui compaignons, qe je aim come fraire,
14700« Leisiés en mié cil val o nule erbe ni flaire :
« Si somes arajés ja ne savons qe faire.
« Je ne te puis parler, que il me convient a braire ;
283 a« Mais devale cil pont qi cluit ton abitaire,
« Por amor de cil Sire qi dona en dohaire
14705« Les cliés dou Paradis saint Piere, son vichaire.
« Non doter plus mes armes cun se fosent une aire,
« Qel garnimant ne l’ome n’avras por aversaire. »

DCXXXII[2]

Quant entendi le hermite li duch q’insi lo proie
Por l’amor de la Vergie qi tote bien desploie,
14710Il a dit belemant : « Non sai qe fere doie.

  1. — 14687 del heremite — 14688 elabarbe — 14689 sil le d. g. — 14694 ladre — 14696 oures lacuç — 14697 ueul — 14698 peroit — 14699 dun c., cõ fraire — 14700 on uberbe — 14705 Li cliẽs — 14706 cũ te fosẽt nilaire
  2. — 14708 endẽdi le heremite — 14710 qe feros d.