Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le pont estoit levés e la porte serie.
Rolant s’est arestés e se mist en oïe,
Si oï un ermite qi cantoit la complie
A ce qe Diés li dont la parmanable vie.
14665Rolant, qant l’a oïs, de joie Diex mercie ;
Maintenant descendi dou noir de Barbarie.

DCXXX[1]

Devant le chief dou pont, a un arbre ramu,
Ot le duch ataché le frans a or batu.
Qant oï qe l’ermite ne cantoit mie plu,
14670Si començe en aut e dit e crie : « Tu
« Qui la ens ais chanté loant le nom Yesu,
« Vien a moi, si me parle por amor de Celu
« Qui de sante Marie e fil e pere fu. »
Troi foi crie Rolant anz q’il fust respondu.
14675Atant ech vos l’hermite a un balchon venu ;
282 bLe chief a mis dehors, qi vieus ert e canu.
Mout orgueillosemant escria : « Qe dis tu ?
« Va t’an a ton chemin, diable mescreü.
« Ne sas tu qe je ai tot jor incombatu
14680« E des meilor de toi plus de cent confondu ?
« Se tu plus i demores, por cist menton barbu,
« Ja me verais ensir o tot le bon brant nu,
« Dont je te porfendrai dou chief jusque le bu.
« Ne te vaudra ton hiaume ni l’obers ni l’escu :
14685« A moi n’a mester autre qe la some Vertu. »
Quant ce oï Rolant, mout merveilés en fu.

    — 14666 dou uoir

  1. — 14668 O led. atacha — 14669 le remite — 14671 ait c. lo haut le n. y. — 14675 leheremite — 14676 Le chiet — 14677 qeditu — 14678 acõchemĩ — 14679 nesaustu qe ie iai — 14684 con h.