Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCXXVII[1]

Li qens Hue s’en torne, qi dou bois s’en insi.
Rolant e Sanson trueve, qe sor le converti
Estoient descendus, regretant lor ami.
14610« Vasal, tant mar i fustes ! », dit Rolant le ardi ;
« Nus hon de meilor aire onqe de vos non vi.
« Se veüs vos avist le roi qi me nori,
« Voiremant il avroit bien dit ce qe je di.
« Mout grant duel ai de vos, qant si m’estes ravi.
14615« Celui qi perdona Longins, qant le feri,
« En l’orde des martires vos face encué merci ! »
Mout le regrete Hue e Sansons autresi.
Aprés sunt conseillés li barons seignori,
Qu’il ne l’en poroient mie porter ensi
14620281 bPor li mauvés aler de poi e guaut foili,
E pués ne savoient ou il fusent ausi.
A pointes des espees e de pechiés espli
Ont une fose feite, e si l’ont anfoï ;
De sing de sainte crois li fichent plu de si.
14625« Ami », ce dit Rolant, « bien vos lés a envi :
« Le sire le seit bien, qi le monde establi. »
A cheval monterent, pués s’en sunt departi.

DCXXVIII[2]

Or chevauchent li troi sens le qarte compagne,
Dolans et esgarés ; ja n’ont oil qi non plangne.
14630E jurent Damediés e sainte glorie magne,
Se il ancontrassent tut le Paien de Spagne,
Si feriront entr’aus, ce qi puet en avagne.
Por veoir ou il sunt poient une montagne

  1. — 14609 regrerant — 14613 llauroit — 14614 Mõt g. d. ait — 14624 saite c.
  2. — 14629 et manque — 14630 e saice g. m. — 14631 acõtrassent.