Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/242

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCXVIII[1]

Un senter ancïen, foilus, d’erbe covert
Vit Rolant a senestre, a l’entrer dou desert :
E lu e son cheval s’i mis a vis apert.
14445Li troi le seguirent, qi a lui sunt oufert :
A bandon se sont mis, ja nul ne s’en espert.
E Rolant les conforte, qi dit : « Por sant Erbert,
« De trover les ost Charles croi le chemins overt. »
Mais ancoi troverunt, si con le livre afert,
14450Qui lor feront paor avant qe nul s’aobert ;
N’avront si aut coraje q’i ne s’an desahert,
Con vos porois entandre, se li chant oïs ert.

DCXIX[2]

A l’ensir dou boschaje e a l’entrer d’un gaut,
Bien prés d’une montagne dun li poi furent haut,
14455Garde Rolant a destre, e vit en son blïaut
Un mort ou pré geisir, qi n’estoit mie qaut :
278 bLe bu gisoit versié, dou chief avoit defaut ;
Grant estoit e membru, mais humés petit vaut.
Le bon ceval Rolant le voit, si done un saut,
14460En autre part guenchi, d’autre voie li qaut.
Rolant le point e dist : « Alés avant, ribaut. »
E Hue li eschrie : « Sire, por sant Tibaut,
« J’ai tel cosse veüe q’ancois qe l’en s’en aut
« De cist voiaje a chief, bataile ne nos faut.

DCXX[3]

14465— Comant », ce dit le dus, « de qoi avés paor ?
— Gardés ci, sire, un hon q’a vestre milsoudor

  1. — 14449 M. ancos
  2. — 14453 dũ gãot — 14454 furõt ; manque haut — 14455 G. r. a doste — 14456 Un m. prẽ g. — 14459 rolat — 14462 E huhe — 14463 ueut
  3. — 14465 auea p.