Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

14335Por dui vent de traverse qi se sunt combatus
E tant oriblemant l’uns sor l’autre ferus
Qe l’en ne poroit estre si tost despoillés nus
Con li air sunt cangiés en noir de cliere lux.
Les voiles de la nief et les mas sont fendus ;
14340Un estourbilon d’aigue, qe des airs est moüs,
Lor aversa de prés, a peu nes a rompus.
Adonch n’oit en la nef ni estormans ni nus
Qi mais quidast mengier ni de cars ni de lus.
Le uns ne veoit l’autre, tant sont mais irescus.
14345Alchant s’ont reclamés les devines vertus,
Diés, sa mer e les angres e tut li sant desus
Qe lor vaisel lor gart q’il non soie fondus.

DCXIV[1]

La tormente fu grant e mout feit a douter.
Se ne lor fust creüs cil si fer destorber
14350Au port de Nice fusent avant .vi. jor enter ;
276 bMais li mauvés orajes les en fist si eslogner
(Ce nos conte l’istorie), qe nus non puet finer,
Qu’il passent Barbarie e maint isles de mer ;
Entre Spagne e Moroch, qant les airs furent cler,
14355S’est la nef atrovee e l’estormant Brecer.
« Segnor, ne vos doutés », ce a dit le nocler.
« Veés les bois d’Espagne, li mons e li rocher ;
« Nos avomes coru a plen .vi. jor enter,
« Entre Spagne e Moroch somes venus najer.
14360« Jamais ne vi torment tan longement durer,
« Mais je m’an savrai bien ariere reperer
« E sans e saus vos croi en Provance guïer.

    — 14336 Etãt oublemãt — 14337 despiles n. — 14341 a peiu ne sarõpus — 14342 en la nes — 14343 qi dast — 14345 Aichant — 14346 le a. e tu li s. d.

  1. — 14349 fuse, fifert astorber — 14352 n. p. fuiser — 14354 fuẽt cler — 14356 cerdit len eoiler — 14361 reperes.