Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/234

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« La compagne Dairon metommes en demor ;
« Je ne veul plus de gient, car ce ert le peior.
« Sont a la nef tramis trestot nostres avor ?
14235— Sir, il i seront tuit dedens avant l’aubor.
— Va donc feir enseler nostre chevaus meilor
« E quatre palafroi qi soient de sejor ;
« Quant seront achouchié en citei et en bor,
« Si nos en alerons en non le Creator. »

DCVII[1]

14240Cil a feit son comant, qi le aler desire.
Soldan dona congié a cescuns come syre.
La veïsés luisir maint estavaus de cire ;
Li barons vont chochier e de Perse e de Syre.
Sanson e le nevou dou segnor de l’anpire,
14245Marcel le patriarche e Sansons tut a tire
S’en vont a la roïne qui son enfant remire ;
274 bJa savoit q’il s’an veit outre mer a navire.
Dionés, sa seror, de duel a poi ne spire.
Cescune au congié prandre son gran mantel descire ;
14250En pasmeison cheïrent, dont Rolant s’en aïre.

DCVIII[2]

« Doux fiuz », ce dit la mer, qant ele en soi revin,
« De ce qe jou dirai nus hon m’an port ahin,
« La vestre desevree por tant me maine a fin.
« Celui qi vos en maine est dou nible quisin
14255« Qui ne garde por ren a prendre le poucin,
« N’a dolor de le cloche, qe il ne le rapin.
« Douz fiuz, por quoi alés ou les outremarin ?

    — 14232 dairorm me tõmes — 14233 cart ce — 14234 tramises trefrort n. aior — 14239 enõ

  1. — 14241 Soldaz d. cõcie — 14242 de cite — 14245 Malgel
  2. — 14251 soi retin — 14252 E ce q. — 14256 qel ne le r. — 14257 D. fuiz, en les o.