Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

8415Lui el cheval versa contreval un monçel ;
Diable en porta l’arme, qi en fu bien isnel.
Escria Gondelbuef : « De tant bien vos conseil
163 b« Que vos ne fetes onques au quens Rolant revel.
« Maugré le roi Marsile et de tot si bidel
8420« Avra Rolant corone dunt d’or ert le cerclel ;
« En son dimin avra tot le reing de Castel
« E neïs oltre mer, jusque la Tor Babel. »

CCCLIX[1]

D’ire et de mautalant fu Gondelbuef tot plan :
Perduz i a Amïel, son bon cosin jerman ;
8425La venjance en voldra encui feir a ses man.
Quant oit pecié sa lance el cors a l’Aufrican,
Si mist main a l’espee, qe fu d’uevre Gallan.
Urter feit en la prese son bon destrer bauçan ;
Uns des ni Cariuns, q’il noment Ymoclan,
8430Encontra, sil feri sor le leu plus autan ;
Dou chief le porfendi decique en son clavan.
Aprés lui brocerent tel .xxx. Castelan,
N’a celui qe le laist, mais tut li sunt proçan ;
N’a nul de lui ne taigne o forteçe o teran,
8435Cité, bors o castel o de munt o de plan.

CCCLX[2]

Li home Gondelbuef brocent pres lor seignor
E firent bien senblant ou les brans de collor
164 aQe por sire le tienent et ament son honor ;
Ausi firent empresse cum fauchuns vers clamor.

    — 8417 gondelbruef — 8420 Aurãt — 8422 E ueis

  1. — 8424 aniel — 8428 so bon — 8433 le manque ; sunt picean — 8435 C. b. e. castel
  2. — 8436 Li hons g. brocerent.