Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/229

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je ferai volunter, se je puis, vos plesir.
14100« E quant voi que non doi mon enfant retenir,
« Je le vos recomand, ne vos en sai plus dir,
« Que vos en tel mainere le deiés semonir
« Qe il en face vos e mon cor esjoïr.

DC[1]

— Roi de Yerusalem », dit Rolant, « ca venés.
14105« Sansons et Aquilant, Huon e moi aprés
« Nos en volons aler, e vos ça remandrés.
« Li barons de Surie, qi vos unt honorés,
« D’aus ni de lor voloir ne vos alongnerés.
« Nostre syre Soldan gardés non oublïés :
14110« Ou besogn vos secore, e vos lui secorés.
« Le uns convient por l’autre estre resegurés. »
E qant il a ce dit, si est avant passés,
Prand le por mi la manche de l’hermin engolés,
En braz Soldan le maine e dit : « Syre, tenés :
14115« E sers e fiuz e jendre en Anseïs vos lés. »
Le roi joune s’encline e le vieus le a drechés ;
Sa grace lui promis, e cil sa loiautés.
Rolant apelle Hues : « Alés, apareillés ;
« Es males et ens bolges tot nos hernois torsés.
14120« Anuet nos en irons, char pris est le congiés.
— Voluntier », dist il, « sire ; ja mar en douterés. »

DCI[2]

Hue prant le convers Aquilant por la man ;
Snellemant desendirent dou palés ançean,
Les armes e le hernois au senator Roman
14125Vunt en grant males metre forees de bougueran ;

  1. — 14104 R. de ytrusalẽ — 14106 e rios ça r. — 14113 del chermĩ e. — 14114 soldaz — 14116 niẽs le adreches
  2. — 14123 Uellemant — 14124 Les aimes ele henois — 14125 fores.