Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/227

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qui tant tient come vos, bien doit estre contant ;
14045« E quant contant vos voi, le congié vos demant.
« Une rien vos afi, senz plus long saigremant :
« S’il vos i acroist gere por home outrequidant
« E se je en savrai novelle ni senblant,
« A vos retornerai ; si vos di voiremant
14050« Que je ne venrai mie a gise de sergant,
« Mais con la flor des homes et dou batisme sant.
« Dou bien e de l’honor e de l’acointemant
« Que m’avés, sire, fait, Jesus onipotant
« Vos en rende merit e vos e vostre enfant.
14055« Ne vos en veul plus dir, fors sol qu’a Diey vos rant. »

DXCVIII[1]

Molt fu dolant Soudan qu’ « a Diey vos rant » oï.
« Rolant, por nulle rien poroit il », respondi,
« Le partir remanoir ? » Le duc respont : « Neni,
« Sir ; aler me covient ou roi qui m’a nori.
14060« L’amor de vos en veul porter e de vos fi.
— Mon amor », dit le roi, « avés vos a tot di.
— Biau pere », dit Sanson, « e le mien autresi,
« Car o lui m’an irai, de voir le vos afi,
« Si veray Carlemaine e Oliver ausi
14065« E le noble bernage de qui tant m’est gehi.
271 b« Quant i avrai bien apris a estre proz et ardi,
« Pués revenrai a vos. Dites : « E je le outri »,
« Car petit monteroit a dir : « Je le desdi. »
« Rolant, qui le m’a ja fiancié e plevi,
14070« Ne s’an feroit honor s’il m’aüst escarni. »

    — 14044 conuos, cotant — 14045 cotãt uos uai — 14046 aigremant — 14050 Que ien iurai — 14055 diey uoytãt

  1. — 14056 Mol — 14058 ueni — 14062 Giau, eleinien a. — 14065 t. mẽt ghei — 14066 apris uestre — 14067 P. renuera ianos dices ele leutri — 14069 ja manque.