Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/222

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

13910Furent illuec donés maint dras a jugleor,
Maint rices palefroi e maint muls anbleor.
De nacres et de tronpes ot si grant li tabor,
Senz le cris dou zanter de maint baordeor
Que avoient atendu lor baillis tot le jor,
13915Qu’il en bondist la tere une lieue d’entor.

DXCIII[1]

Quant asés sunt illuec deportés et joïs,
« Comant vos esta il », ce dit le roi, « mes fis ?
« Vos ont il bien servis li barons dou païs ?
« Chunbien avrons de gent envers nos enemis ?
13920— Mon segnor », dist Rolant, « li grant e li petis
« Nos ont grant honor fait, la votre grant mercis.
« De chant que comandames non trovames denis.
« Nos avons esleüs des choars les hardis :
« Cent mile chevalers, armés et bien asis,
13925« Tote foi qu’il vos ploit serunt a vos servis.
— Comant ? » respont le roi, qe vint inpaloïs,
« Non a je plus de gant ? Su je donc si pouvris ?
269 a« Je m’en quidoie avoir par uns o cinque o sis.
« Donc m’ont il revelés li plus de mes noris ?
13930— Ce n’ont il pas, dan roi », ce respont le marquis,
« Ancois vos sunt il tuit et fëaus et amis,
« Mais je en ai les bons desevrez et eslis :
« Se je les pois avoir trestuit insenble mis,
« Si moi diroit le cuer, e senz nuls cuntredis,
13935« De pooir civaucer droitement a Paris.
« Qui cun tal cent mil home si bien intalentis
« Non soi quidast defandre jusque au jor dou juïs,
« Ni ardiroit de cunquere ce que Alisandre inpris.

    — 13914 le manque

  1. — 13917 estes il bien dit, fils — 13922 trauasme đ uis — 13923 les choars des h. — 13924 C. mil, biens a. — 13925 auos aseruis — 13927 ponuris — 13932 M. ie nai les b. — 13933 le pois — 13934 e manque.