Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

A rois et amirans, si lor a fait sentir
13775Que dou comant Lioné non doüsent pertir,
Mais lui et sun enfant lor comande obeïr.
Pué fist de le citez cent des milor eslir,
Lors le comande tost au matinet garnir
Par li dos convoier, honorer et servir.
13780Cel jor mostrent grant joie e le soir vont dormir
Bien por maitin se funt et chaucer et vestir,
Et funt de beaus ernois carcer muls et garnir.
Dou roi ont pris cungié, uns graile funt bondir
A tot le petit pas vont de le ville insir.
13785Cel jor cevaucerent droitement a Monmir,
La plus noble citez que Soudan doit tenir.
Encuntre lor vinent et li bons et li pir :
De veoir l’ome estrange tuit sunt plus en desir,
Que avoit l’orguelos Pellias fait morir,
13790Que ne sont de Sanson, qe fils estoit lor sir.

DLXXXVII[1]

Le uns le motre a l’autre, cant lor ont incontré ;
Bien disoient entr’ aus : « Etre poit verité
« Que cist soit le meldre home de le Paieneté.
« Pué que le cors insenble e le cuer sunt fermé
13795« E qu’il sunt d’ardiment et de sens inflamé,
« Bien li est convenable une grant dignité. »
Molt l’unt li jentils ome entre lor festoié ;
Tronpes, nacres et tanbors i sone tel planté,
Ester les cris des homes que li sunt amasé,
13800267 aQu’il en tentist les air, le pois et le valé,
Ne l’uns poit oïr l’autre, tant par soit escrïé.

    — 13776 comant hobeir — 13778 comant t. au matinẽt g. — 13779 P. lides — 13780 le sori — 13781 funt chaucer — 13782 et ganbir — 13783 us (avec le crochet abréviatif de er) grail — 13784 delle u. i. — 13785 Celior cui aucent d. amonnir — 13786 soudaz — 13788 tuit manque — 13790 Que nestoi

  1. — 13791 tant lor ent i. — 13794 alecuer — 13798 natres — 13800 la uale — 13801 hoir