Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCLVI[1]

Nel mescreés, por Deu li fiuç Marie :
8365Grignor bataile ne fist en Val Betie
Heumenedu a la cheires ardie
Cum fist Rolant, flors de civalerie,
Por recobrer de Saint Jaches la vie.
Ne fu cité en Spagne la garnie
8370Che li donast plus feilon dan e brie
Cun Panpelune, la fort cités anthie.
Car escultés e meteç en ohie,
Si oïrés bataile bien fornie.

CCCLVII[2]

161 aEs pré sot Pampeloine oit mout gran capleisons
8375Que ferent nos François avec li Aragons.
De cent part oïsés Tios e Bergognons
Crïer, nomer e brair : « Monjoie la Carlons ! »
E Saracin d’Espagne : « Al rois Marsilions ! »
Fiers sunt cels Espanois, orgollos e fellons,
8380E sunt mout bien armés sellonc lor regions
Des blans houbers e d’elmes, de branç e de blasons.
Mervoille hont bon corage, sin firent mostrasons :
A defendre lor teres dissent che ill ont rasons.
E François challongent a guise de barons
8385Aragons et Espagne e Galliçe invirons.
Ce fu a un mardi, tot si com nos trovons,
Che encontré se furent a cute d’esperons.

  1. — 8364 fuiç — 8370 danabrie — 8372 C. escuites
  2. — 8378 Saracim, marsiliom — 8379 expanois, fellom — 8380 mout manque — 8381 e. de blans hons — 8382 mostassons ; A corge — 8383 A defender, rasxons — 8384 E fançois c. aguisxa — 8385 A. et spagne galliçes — 8386 marti — 8387 Che enconte.