Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/203

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Il vait honor querant, et honor li faizon,
« Que le tressor qu’il a ousté de l’estiçon,
« Votre fille e ma suer, i soit mise a bandon :
« Faites le sire et zief de le voutre maison.
13390« Je sui josne et meschin, si n’ai point de gregnon,
« Mais je di que Lionés est notre garixon,
259 a« Notre honor, notre aïe, notre defansion.
« E cil qu’en moi desdir trovera ochaison
« Porchaice mort de nos et la destrucion. »
13395Le fils encline au pere et feni sun sermon.

DLXXI[1]

De Charsidoine rois Clador se leva,
Uns amirans que a tuit jors ama
Tuit li preudomes et mout les honora ;
In cort sun sir volluntier le asauza.
13400« Soudain, Soudain », fait il, « qui desdira
« Ce que li josne votre filz dit nos ha,
« Un bons chunsoil loials refusera.
« S’il a cestu bien fait, qui glousera
« Le jentils homes ? Faisons le venir za,
13405« E je serai cil que li ofrira
« Dionés la belle, que hui sa per non ha :
« Au refuser, ou s’il la rezevra,
« O voille o non, zi se descovrira
« Se gentils home o zaitis l’enjendra. »
13410Ce dit Soudain : « Molt bons consoil zi a. »
Tot mantenant sun filz in apella,
Il et dos autres por le duc invoia.

    — 13387 tressor qula houste — 13389 delle u. m. — 13393 troura o.

  1. — 13396 selleua — 13399 les asauza — 13401 nos haa — 13403 Sil acestie — 13404 leuenira — 13405 quelli hofrira — 13406 nouha — 13407 housil — 13408 Houoille honon zi se descoura — 13409 hozaitis.