Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/202

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Que retorner, chun joie et cun benoi,
« S’en poise arer en sun regne Espanoi. »
Lors s’est asis desor un paille bloi.

DLXX[1]

Aprés le roi de Amain, lieve en estant Sanson
13360258 bLe preus, le beaus, le saige ; en lui n’ot se bien non.
Fils fu le roi de Perse, et sor le niés Karlon
Avoit de sun amor le jor mis la tençon.
« Sire Soudans », dist il, « l’on dit, et est raisson,
« Que servis prendre senz raindre geherdon
13365« Ingraitytudne est et peizés fellon.
« En merir un servis veult grant provision,
« Que servir et douner est une devision.
« Sire, se un pobres home vos donast uns faucon,
« Ostors o esparvers, mastins o livrers bon,
13370« Gardez qu’en lui merir n’i ait aresteson,
« Char le don d’un pobre home est un requere don ;
« Qui non s’an porzeüst, asez seroit brichon.
« Por le vasals le di de l’estrainges roion,
« Que por nous out ancué son cors mis a bandon :
13375« Se bien gardez ses armes, sun cors et sa fazon,
« Il non senble pas mie merzeans de poison.
« Laisez dir ce qu’il veult, qu’il est filz a baron,
« Et bien par pué non croi a l’espion.
« Painsés, beaus sir, que de prés atendon
13380« En brief en ces païs grant gere et grant tenzon :
« Porchaicer cunveruns et mainder inviron
« Vos or et vos argant o li preudomes son ;
« Hor sazés retenir cellui que zi avon,
« Que poit dou començer avoir chonclusion.
13385« Et je vos apenrai chun nos le retenron :

    — 13357 harer

  1. — 13360 Leupus ; non manque — 13365 Ingraitytudines estoit — 13366 Emerir — 13369 Hostors osparvers — 13370 merir uait a. — 13375 sazon — 13378 aille spion.