Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

13330Sun fils meiesme en prent par l’osterin.
Roullant remis sor le palais perin.

DLXVIII[1]

En le chanbre entre Soudans et ses barons
Et ont laisé au palais nostres chuns.
Entre ses homes s’est asis roi Dairons :
13335De bons cunsoil doner les hot semons.
« Segnor », ce dit le Soudans, « nos avons
« Da cist vasaus rezeüz rices dons,
« Char grignor honte, s’il non fust, avisons
« In ces jor rezeüz des dous glotons
13340« Ch’unque aüst gent ; et por ice devons
« A cist servis rendre tels geherdons
« Que les preudoumes des estrange roions
« Vinent a nos chant mester in avrons. »

DLXIX[2]

258 aCant Soudan ot feni, tot sun consail fu quoi.
13345Primer perla da Amain le rices roi.
Clazich ot non, molt fu saje in sa loi,
Mais une teze grant avoit il in soi,
Que por envie sorperloit mainte foi.
« Sire », fait il, « ge ne vous desoutroi
13350« Geherdons randre, qui a pris le por quoi,
« Mais non devés, char ce seroit fouloi,
« Bons destrers randre por zaitis palefroi.
« Cist home estrainge, que preu e sage croi,
« Se rices estes, il asés pobres voi.
13355« Donés li tant et d’argent et d’orfroi

    — 13331 Et roullant

  1. — 13334 le roi d. — 13335 seinons — 13336 le seudans — 13339 gloton — 13340 Chunques
  2. — 13346 C. ot a non — 13347 M. u. reze — 13348 maint foi — 13354 pobres huoi.