Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/200

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Et mostrer bien a celor que l’ahie
« Qu’il ot la force et le sens en ballie.
« Foi que doi vos, le cuer moi senefie,
« Depué que avrés votre grant ost banie,
13305« Se Malquidant vint, il fait grant folie,
« Car uns tot soul non portera la vie,
« Et nos avrons l’avoir et lor navie ;
« Tuit serunt rice cil que ont d’avor envie. »
Le grant cunfort que le duc i desplie
13310A fait au roi la faice encoulorie ;
Vers lui s’aprosme, sun braz au cols li plie.
« Lionés », dit il, « voutre perler m’agrie
« Et vos avrés la moie druerie,
« Sil mostrerai demain avant chunplie. »
13315Le duc Roullant doucemant le mercie ;
Pué entrerent in le citez antie.

DLXVII[1]

Ains qu’il furent au grant palais mabrin,
Primer en vont au grant tenple Apollin,
Davant Mahons orent et funt enclin :
13320257 bGrant fu le ofrande et d’argent et d’or fin
Que li firent le jor por zil destin :
Cescuns i doune besans o souderin.
Ce dit Roullant vers Sanson le Païn :
« Je n’ai que ofrir, si me teing a frarin.
13325— Vos in avrois, sire », fait le meschin,
« Se je porai, avant demain maitin. »
Sor le pallais que funda roi Tarquin
Monte li rois et le frans pailatin
Que in apelle des millor de son brin ;

    — 13301 El mostres — 13302 hinballie — 13309 quelle duc — 13310 faices en c. — 13316 c. hancie

  1. — 13317 Ain quil — 13319 horent — 13320 G. fule hofrand — 13321 Quelli f.