Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/197

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Fils, amblez m’estes par un enzantement.
« Se je onceïse tuit zels que sunt vyvent,
« Homes et fames et lor fils insement,
13220« De le venjance non seroie cuntent.
« Mais cist païs uns tels loer atent
« Par votre mort, et ert prochainement,
« Que tot ert ars decisque au fundament,
« La gent oncise et menee a torment. »
13225Alor se pasme, tot le cuers i desment.

DLXIV[1]

N’est pas merveille se le amirant s’aïre,
Chant il voit mort la flor de sun enpire
Que plus pro ert que je non sai deschrire.
Les jentils homes rechunfortent lor sire ;
13230Se fust laisé, il se vouloit oncire.
Entre dos paille firent le cors covrire ;
255 bPorter l’en funt decisque an lor navire.
Rois Malquidant vait le roi Soudain dire :
« Tu moi faisis, dans Soudain, cha venire
13235« Et si devoie tun parant devenire ;
« Bien te pohoies a grant honor tenire
« Chant je deignoie ta fille recoulire.
« Se bien feisoie, randuz m’en as le mire,
« Chant a un ribaut m’ais fait mon niés tolire.
13240« Une riens saches, non le te voil taisire,
« Que la venjance non se poit ja guencire :
« Tu non veras li treze mois chunplire
« Que tu verais Malquidant revenire
« Chun plus de gent, par tun regne esillire,
13245« Que Agollant non chundust en Cecire.

    — 13217 p. un zantement — 13218 Se ie honceise t. z. q. nunyuent — 13220 Delle uenijance — 13222 hert prorunement — 13223 hert — 13224 honcise

  1. — 13228 Q. p. proret — 13232 au l. n. — 13237 C. ie deignoiera — 13241 ja manque.