Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/195

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Invers le lion que le berbis sparpaille. »
254 aTels cols i doune Rollant a cele intraille,
Iaume ni choife n’i valt une toaille ;
L’acier detrence et la chuife desmaille,
13170Plus d’une paume trespasse la ventaille,
Mort le trebuce davant lui, tint et paille.

DLXII[1]

Mort est le Turch por sa desmesurance :
Ce senefie que ceschuns fait infance
Que contre droit motre orgoil ne bubance.
13175Chant a ce fait le niés au roi de France,
Non par orgoil, mais por senefiance,
Dou brant essue sor le Païn le brance.
Au roi s’an torne, qu’en oit grant alegrance ;
Mil chevalers, ceschuns de grant pusance,
13180I vont inchuntre chun molt grant reverance.
Dioné la belle, plus vermoille que rance,
Chun plus de treinte puncele de jovance,
Derunt la preise, vers le barons s’avance.
254 bIngratitudne ni pechié d’ignorance...
13185L’eume i deslace chun autretel senblance
Che fait donzel chant dame i done mance.
Plorant i dit : « Vasals de grant valance,
« Por moi avez esté in grant sentance,
« Ne n’i avoit raisons ni chonovance ;
13190« Non mostras mie, mais chun grant paciance,
« Chant je proiere vos fi ni demandance :
« Au geherdons veult double proveance.
— Dame », dist il, « soul la belle achuntance

    — 13166 Iuers — 13167 in braille — 13170 trespiaise

  1. — 13177 D. b. sue — 13178 g. aleance — 13179 Mil chors — 13184 Il y a évidemment un vers passé entre ce vers et le suivant — 13188 senrance — 13189 Neni iauoit — 13190 mostra ; il semble que le scribe ait omis un vers après celui-ci — 13193 la helle hachuntance.