Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Molt grant soufraite avis de cunsiler
« Chant is venuz en ces regne estranger.
13140— Voir », dit Rollant, « bien tel savrai cunter. »
Adunc le vait fieremant asauter ;
Sor le defandre fist Pellias penser,
253 bChar il voit bien molt i avra grant mester.

DLXI[1]

Or comencent les barons lor bataile.
13145Des ardiment dels pahors le travaille,
Mais l’une plus de l’autre acedentaille.
Ne croi faucons plus maelart asaille
Chun le niés Karle le Païn fiert e taille ;
Chuntre sun cols ne valt plate ni maille ;
13150Non li a chols dusque au sang i faille.
Des aspres plaies le Sarracins baaille ;
De soi vengier panse a le començaille,
Ce est la fue, que as zaitis chunfort baille.
Uns chols zita et pué, sans demoraille,
13155Fuant s’an vait por mi la sablonaille ;
Pur ch’il retorne sa vie a defensaille,
De perdre honor ne prise une meaille.
Rollant le suit come sparvers la quaille ;
Armes qu’il ait lor n’i poise une paille
13160Por le doutance qu’il ait qu’il non s’en aille ;
Nuls chavriol ni croi plus legier saille.
Chun il i vient davant a l’incuntraille,
Le Païn fist de sa vois une graille,
Sun uncle claime, Malquidant l’amiraille :
13165« Chorez moi aidier, gentils roi de grant vaille,

    — 13139 C. his — 13140 bien le te s. c. — 13141 Adunques — 13142 Sorle defrandre

  1. — 13145 Vers inintelligible, peut-être à lire ainsi : Or ardiment, or paor les t. — 13147 Ne c. plus faucons m. hasaille. — 13150 usque — 13151 plaie le s. eluaille — 13152 aille c. — 13153 Ce hest.