Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DLX[1]

« Avez oï », ce dit Roullant, « noumer
13110« Decha la mer Karlemaigne au vis fer ?
253 a— Oïl, par quoi ? » ce respont li Ascler.
— Cel roi de France », fait Rollant le gerer,
« Une suer ot, que douna a muiler
« Peppin le roi au duch Mille d’Angler ;
13115« Uns fils en ot, que l’ons fait appeler
« Rollant : jel sui, de Rome justiser
« Et chanppion et maitre tresorer.
« Sous mon choulor et par moi coroner
« Sunt in Espaigne cent mile civaler,
13120« Non ja uns soul desirans de torner
« Arere in France par reveoir sa per
« Tant que en Espaigne avra que conquister.
« O ceste spee, nel di pas por vanter,
« De Ferraguz fi caoir le danger,
13125« Ch’unques Nature non pora recovrer
« Nuls son pareil par Jesu reveller.
« Par quoi je soie venuz decha la mer ?
« De l’ouqueison ne me voil enchuser ;
« Trop avons zi atendus a pleider.
13130« Tu disiroies de Roullant atrover,
« Hor l’as de prés ; panse de toi garder :
« Mien esciant, il te fait grant mester. »
Chant cil l’oï, n’i a que espoanter ;
Par sun voloir, voisist estre in . . . . ;
13135N’oit teil doutance pué q’il nasqui de mer.
Non fist senblant, mais si respont arer :
« Se ce est voir, Rollant, bien pués jurer

  1. — 13109 Auen hoy — 13110 uis fert — 13111 Hoil, lascher — 13117 trelorer — 13118 Son m. — 13119 mils e. — 13120 N. hiauns — 13121 Harere — 13123 Ho c. spe — 13129 apleiser — 13134 estre inguiber