Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

E straint les renges de l’espee esmolue.
12550La file ou roi i est devant venue,
L’eume i alache, duremant s’en argüe :
Anch teil sargient ne fu por hom veüe ;
Angle resanble qi desande de nue.
Vis oit bien feit e gardeüre agüe,
12555La char oit blanche come nif desendue,
Color vermoil come graine vendue,
Boche petite, danteüre menue,
Oil oit riant, qant ert plus ireschue ;
Sa blonde crine ne vos ai manteüe ;
12560Soz ciel n’a home, tant ait chiere barbue,
Ne la querist avoir en si braz nue.
Rolant la garde, trestot le sang li mue ;
Non la voudroit le ber avoir veüe ;
D’Audein li mambre, tot le vis li tresue.
12565Dist la roïne, com dame aperceüe :
« Lionés, bien sambles home de grant nascue ;
« Soiés frans home e n’aviés recreüe.
« Se de ceste huevre venés a bone isue,
« Si aute merie vos en sera rendue
12570« Parlei en ert et mervoile tenue.
— Dame », dist il, « se raisons n’est cheüe,
243 b« Incué trerai teil vers fors de la glue
« Dun Pelyas maudira ma venue. »
Atant se taist et tient sa boche mue.
12575De trou parler a foulie tenue ;
Mais la roïne an oit grant joie eüe.

DXLIII[1]

Qant fu armei Rolant, li qens honeste,
Dionés le garde ; a mervoile li pleste.

    — 12549 rõges — 12552 hom neue — 12559 Sa b. cheine ne vos mãtene — 12560 Son c. — 12562 trest le sang — 12563 auoir neũe — 12566 sables — 12569 fera r. — 12571 nes cheue.