Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/170

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En son salir i out mesuremant
Trente troy pié, dun Païn vont dissant :
« Cestu n’a per en cest segle vivant ;
« Vers lu non valt Oliver ne Rolant. »

DXL[1]

12500Mout par fu proz Pellias et ardi ;
Droit vers son oncle torne son Araby.
Un escüer son escu li baily :
Li borcle fu d’un cristal esclari ;
Par desoz l’eur e desor un tapy
12505Une pulcelle soz un abre flori
I avoit asisse dejoste son ami.
Li ergolos Pelias le sesi,
Par mé la guige a son col le pendi.
Le roy, son oncle, li baille un esply
12510A uns penonçaus che onques plus bel non vi,
D’or et argent en quart part establi :
Une roïne en son regne le fi,
De Femenie Pelias le tramy ;
Soror estoit dou roy Tuaparly.
12515Cil le prend, cui tot le sang orgully,
Si le paumoie a pué ne le croisi.
Dist a son oncle : « Ne soiez esbaï ;
« Jamés ne fui recreanz ni houni.
« Mont par seroit Mahomet afoibli
12520« Se je perdroie vers un teil com a ci. »
Or chanterons dou franc qens seignori
242 bComant ou trief l’amirant se garni.

    — 12496 iõnt m. — 12498 pere — 12499 V. vu n. v. holiure rolat

  1. — 12501 tornẽt — 12502 son excu — 12505 desoz un t. — 12507 Lergolos — 12508 la guiq̃ — 12509 une exply — 12510 A unes p. — 12513 tamy — 12514 Son dius exstoit dou roy tu a parly — 12515 Cil le p̃d que t. el s. o. — 12516 Sue pauinoie a puei — 12518 recreaz — 12521 duo f. q. s.