Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Daire le conte, qui ce autoriça.
Cil cinst la spie, que plus non demora.
Li roi, son oncle, un eume li laça :
Le buens Hetor en beson le porta,
12475Protesillas oncist et devia
Q’al port de Troie primerement entra ;
De celle mort sa fame devina,
Al departir assés le castoia ;
Non l’en veust croire, dun mal in acheva ;
12480Hetor l’oucist et l’eume gaagna.
Cist Pellias en son chief le ferma ;
Qant oit ce feit, son ceval demanda.

DXXXIX[1]

Adobé fu li Paien mescreant,
Fier et ardi e plen de maltalant.
12485Li bon destrer li fu menés davant,
Qe fu trové al bois de Morimant :
En tote Persse non n’avoit un plus grant.
242 aE fu covert d’un paille Aufrichant ;
Andeus ly arçon furent d’un olinfant
12490E frain e striés furent ad or lusant.
Ensi leger monta li Aufrichant,
Senz li strier prendre, com en nef le stormant.
Le frain sesi au pung estroitemant ;
Un eslés fist, che le virent auquant,
12495Le bon destrer ou primer eremant ;

    — 12471 D. les c. — 12475 Protesilles — 12476 Qãt. al port — 12479 Nen v. c. — 12480 elleume g.

  1. — 12484 Fieer, p. đ đ m. — 12486 al b. de uorimat — 12487 En toto p. nõ nauoit — 12488 Ce vers est répété dans le ms. Couerr el fu dũ p. a. E tu couer et du p. africhant — 12489 arçõ dũ dolinfant — 12490 Les f. & li stries ; cf. v. 12602 — 12491 laufrichãnt — 12492 Sez li s. prendere — 12493 au pug stroite mãnt — 12494 Un estes, auquat — 12495 erãt.