Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DXXXVII[1]

Pelias s’arme davant le rice roi ;
D’un armansor li sunt li fil tuit troi
Qui penerent a vestir son coroi.
Dessor le calces, qui fu d’un color bloi,
12450Une janbiere i mistrent sens desloi,
E par desus un esperon d’orfroi.
En estant leve, mantenant vesti soi
Sor un ganbois un blanc oubers Turcoi.
Clavan oit bon, covert d’un dras vermoi :
12455D’or et argent estoient tuit li cloi.
Dist Malquidan : « Gentil niés, garde moi.
« Ce sa je bien qe nul medre de toi
« Né çevaller non est in nulle loi.
« Se devés perdre por un fil de borçoi,
12460« Non sei qe fer se Macon non renoi. »

DXXXVIII[2]

De ces parolles Pelias se gaba ;
Prist a froncher, et les oil roela ;
241 bSon brant domande, et Gabor li aporta :
Ce fu la spie dun Açilés tua
12465Le bon Troillus, que Prian engendra ;
Villainemant l’oucist et asauta :
Paris, son frere, puis aprés le venja
Qant il li darç au tenple li lança
A celui jor que il parlamenta ;
12470Pollisinan a fame avor cuda :

  1. — 12447 li furent li f. t. t. — 12450 i manque — 12452 matenãt — 12455 estoiet li cloi — 12456 gade moi — 12457 je manque
  2. — 12462 Pristi anfrocher elles o. r. — 12465 toillus qui — 12467 p. a. len uoia — 12468 il manque — 12469 qui el p.