Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Dus, qens e prences et amirans et rois.
Plorant le dreche le roi Carsidonois.
Ele s’en vient a dan Rolant tot drois ;
12365Jenoilie fust, qant le baron cortois
Amont le tient e li dit : « Ne soiois,
« Par Macomet, en nul mauveis esfrois.
« Tant com je puse, nus domaje ni avrois.
— E ! sir », dist ele, « don ben vos combatrois
12370« Par moi chetive ? — Oïl », feit le François.
« Se vostre per nel me met en outrois,
« De son païs m’en irai demenois. »
Lor s’escrïent tut les Persianois :
« Leisez le, sire, feir quant il pur li plois.
12375« Que savez vos com ira l’ebenois ?
— Soit », dist Soldan, « tot si cum vos voldrois.
« Lionés », feit il, « la batale ferois.
240 a« Machon vos garde de mal e d’estrelois ;
« Grant paür ai que pué li durerois.

DXXXIV[1]

12380— Sir », dist le dus, « je n’ai nule paor :
« Le droiz avés, dont je me taing meilor. »
Dist la pulcelle : « Je sui le figisor :
« Se vos perdrés, cuite soie en un for. »
Rolant apelle le neveu l’Aumansor :
12385« Dun chevaler, ne feisons plus sejor.
« Ou aqités la file mon seignor
« E repantis soiés de vo foulor,
« Ou la bataille feisons sans nul demor. »
Pelias garde le niés l’anpereor,

    — 12364 dan manque — 12365 corcois — 12369 E sit — 12379 G. paura ai

  1. — 12381 Le doiz — 12384 n. laurãtor — 12385 Les deux derniers mots manquent — 12386 Ca qites — 12387 đ nõ f.