Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/162

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Je pur dirai, quant tuit sunt aqoisé.
12280« Por trop mus estre n’est nul home sené
« E por trop dir ne vient il pais lohé.
« Home qi veult parlant estre honoré
« Dou poi, dou trop doit estre amesuré.
« De ces dous chouses croi mal adotriné
12285« Cil jantils home qi samble corocé
« Contre le droiz, se je ai bien noté.
« Voulez, segnor, conoistre un tort prové ?
238 b« Quant cil qi a droiz oul tort vient apelé,
« Il senpre parle paisible et atempré,
12290« E le tort huche con se fust forsené :
« Senefiance est qu’il se sent dané. »
Quant a ce dit, Soldan a appelé :
« E vos, biaus sire », feit il, « me resenblé
« Avoir de gient bone grant poverté.
12295« S’il ont raisons vers vous, ce ne sai jé.
« Seignor aver et cruaus et ingré,
« Quant devroit estre acheris et amé,
« Par son defaut vient dou sers esloigné :
« Maint de aut homes n’ont estez debasé.
12300« Se je di voir, Daire l’a tesmoigné,
« Vos ancesor, qi en fu mont reté.
« Savez por qoi sui en cist diz entré ?
« Par vos barons qi tant sont esgaré
« Quant por defandre vos droiz, se vos l’avé,
12305« Grant ne petit n’i a un mot soné.
« Mais pués qe sui por destin arivé
« E armei sui, il me seroit vilté
« Se je teisise, et grant chativeté.
« Dont je vos di qe je sui apresté

    — 12280 hõ sene — 12281 lohee — 12284 Doces — 12285 sable — 12286 C. le doiz — 12288 ou le trot — 12289 atẽpte — 12292 dis le Soldan a apele — 12294 la dernière lettre de avoir a été grattée ; il semble que ce fût un t — 12301 mõt giete — 12307 Carmei sui — 12308 teisile.