Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DXXII[1]

« Que feit Marsile ? » le roi de Perse dist.
« N’est il pusant tant q’il les combatist ?
— Sir », dist Rolant, « qi consoil l’en desist,
« Non l’ameroit, s’il plus de gient n’auvist,
12095« Car cent mil homes (bien monte, qi les list)
« Mena Carlons quant la venue fist.
« Pués que Rolant Feragu nos oucist,
« A Pampalune Karle li sige mist.
« Pampalunois e Malgeris escrist
12100« Al roi Marsile que il les secorist,
« Otante mil chevaliers i misist.
« Un jor i entrerent ardiemant e vist
« E l’autre aprés Carle les desconfist ;
« Vilenemant dedans les en remist.
12105« Cil jor meiesme une partie fist
« Rolant e vient a Noble, si la prist :
« Por teil mainere i entra q’il nel creïst
« Nus par oïr, s’autremant nel sevist.

DXXIII[2]

« Sir », dist le dus, « si cum je vos ai dit
12110« Pris Rolant Noble, qe nus ne s’en avit ;
« Le sire oncis, q’endous mes oil le vit,
« Tut me parans en sunt remés aflit.
« De le citei m’en fuï sens respit ;
« Nule arme avoie afors q’unz darz petit :
12115« Un seul François atrovai endormit,

  1. — 12093 Sil — 12099 Papalunois — 12100 Allo roe m. q̃ i les s. — 12101 O cãte — 12103 apreç c. l. descofist — 12105 meieĩme
  2. — 12114 qus daz p.