Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/153

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Prover veul por batalie a chi m’en desdira
« Qe ele est digne de mort e deservie l’a :
« Qi comuet omicide, mort soit, dit Seneca.
12040« Responde moi qi veult, qe ci me trovera. »
Tot irei s’est asis, e Rolant ariva.

DXX[1]

En mi ceste besoygne ariva li marchis.
A l’entrer de la tende, ou sunt les rois asis,
Por garder l’ome armei sunt debassés les cris.
12045Le Paien qe le amoine ses a a rason mis :
« Estez, segnor ; oirois cist home avenoïs.
« Orendroit est venus d’outrel mer de Galis :
« Des noveles de Spagne vos dira li devis.
« Bien dit che roi Marsile a sofreite d’amis ;
12050« Edier le deüsés contre vos enemis,
« E ci vos deportés au delit des chetis. »
Rolant l’a demandé qeil est le roi Persis.
« Vois la cil grand », feit il, « a celui mantel gris,
« Qe tote foi te garde, de penser enterpris. »
12055Le baron s’engenouile come home bien apris ;
Mout ben l’a salüé dou Roi poesteïs.
235 aLe roi l’a feit drechier, de noveles l’enquis ;
Ja lor dira teil cose dont maint seroit pensis.

DXXI[2]

Le tencier fu leisié e Rolant remiré ;
12060A mout grant merevoille l’ont cil Paien lohé

    — 12037 Puer, mẽ defoira — 12038 morte e deseruienla — 12040 Respondet, uelut

  1. — 12042 Uni cestu b. — 12048 dirai — 12052 domãde & cil est — 12053 grand fiet il — 12055 sengenonile — 12056 li salue duo
  2. — 12059 Son t.