Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il dist au rois de Perse : « Oiés apertemant.
« Nos somes retornei au premer mautalant,
« A la premere gere a tot le priz ahant ;
« Bon acord in quidoie, mais unqe nel domant.
11985« Se tu ne veus ton reigne veoir dou fou ardant
« Espris et alumés ains les dis mois pasant,
« Vange moi de ta file a tot tes gens veant ;
« E se cose que non, nul bon acordemant
233 b« Jamais n’ert entre nos se toi e tes enfant
11990« N’avrai deseritei et oncis ensemant :
« La folie de li ert sor vos declinant.
« Mais feites li ardoir, si en sara garant
« A tot cels qi nos somes ami et bienvoilant. »
Quant roi Soldan l’oï, si se dreçe en estant.

DXVIII[1]

11995Dist l’amiré de Perse : « Entendés, sire roi :
« Comant me menaceç, se n’ai feit le por coi ?
« Je vos ai feit venir encui a bone foi
« Por doner vos ma file, que plus belle ne croi :
« Se ele a dite rien que vos tourt a anoi,
12000« Ce fu por un gaber : repantie l’an voi.
« Por la novele veine qe ele a en soi
« Li dovés pardoner et por amor de moi.
« Ele ne le voldroit, por la foi che vos doi,
« Avoir por nulle rien dit, paleis ni secroi.
12005« Sire, prenés la fant, qe je la vos outroi ;
234 a« De mes meilors citei vos en doherai troi.
« E se pur la venjance volés, je l’an feroi,
« Q’en ma chartre iert jetee, o nul deduit non croi,

    — 11987 gens manque

  1. — 11996 me memenaceç — 11997 Ie uos a f. u. enci — 11999 tourt ha noi — 12000 lauuoi — 12001 P. la n. heine — 12003 Ele nele uoi droit — 12004 ĩ paleis — 12006 endohera t. — 12008 ert ietre, dedrut.