Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Oiant tot le bernaje, refusés le avoit :
11955Dit qe mari ne veut, dont cil grant onte en oit.
Ces jounes bachelers s’an gabent en recoit
E disoient entr’aus : « Par Mahon, elle a droit,
« Car plus belle pulcele ne menjue ni boit,
« E tort a cist veiars ; qe soie maleoit
11960« Qi cesti li donast q’en amor vient e croit ! »
Qant le viel l’a oï, forment grant onte en oit ;
En sun cors s’est pansié comant il le feroit.
En estant est levei e jure quant il croit,
233 aS’ele eüst en douaire plus qe Cesars onc oit,
11965Soulemant por soignant dist q’il ne la prendroit :
« Les diz que ele a fait a mervoile me ploit :
« Je l’an ferai ardoir ains ch’un mois compli soit. »

DXVII[1]

Le roi qi menechoit mout par estoit pusant :
Les Turs e les Roseus e des Greçois auquant
11970E celor de Baudaqe i erent apendant,
Estier les Esclavons e Blach e Nobiant.
Sis rois apendoient a lui, senz li parant ;
Car ses neveu estoit Pelias le valant
Qe tenoit le païs qe fu roi Esperant ;
11975Si estoit son cuisins Henestor le jaiant ;
Le Viel de la Montagne le sert por convenant ;
Plus de cinquante prences, ester li amirant
E qens e dus ausi, i erent enclinant.
Ne vos merveilés donqe se grant onte le esprant
11980Quant il le refusoit nulle fame vivant.

    — 11955 D. qe man — 11956 E trot — 11960 lo domast — 11961 leo hoi — 11962 Les trois derniers mots manquent — 11964 plus qe les ais nõ coit — 11965 soũgiãt, prẽder — 11967 aĩs chõ pleit foit

  1. — 11969 L. t. l. r., arguãt — 11970 E manque — 11975 cuisis, iarãt — 11976 le fert — 11977 cĩquãta — 11980 refosoit mille famie.