Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/149

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Le baron garde en une praerie
E voit le tref de greignor segnorie :
La avoit la flor de la grant baronie ;
La veit desendre dou liart de Pavie.
11930Maint jantis homes encontre lui s’envie ;
Uns damoisel, fil le roi d’Orquenie,
Li estrés li tient, tant oit de cortesie.
Un eschüer à la resne saisie,
E cil l’enquiert dont estoit s’ancontrie :
11935Il dist : « De Ispagne, d’une tere asalie
« Por Carlemaine, qe ensi la mestrie
« Qe roi Marsile a grant mester d’aïe.
« Cheil est le rois qe vos out en balie ?
232 b« Lui sui venus et a sa gentilie. »
11940E cil li amaine a la tende joilie.

DXVI[1]

Dedans le tref ou l’amirant estoit
Mena Rolant cil qi le condusoit.
Trovent Soldan q’en ses barons seoit ;
Asez i orent Paiens et Parengoit,
11945Rois e prences e dus a un consoil destroit.
D’uns jujemans q’il font grant tençons i oit,
Car une file le roi de Perse avoit,
Belle e cortoise e molt de bon endroit ;
Non avoit qe .xv. ains, et son per la voloit
11950Marïer a uns rois qi ele riens n’amoit.
Le pere a plus d’un an promise la li oit,
Mais mout par estoit viel e la cars foible oit.
La jantis damoisele, qant davant lé le voit,

    — 11926 Lo baro, prarie — 11929 le arte de p. — 11930 ecõtre — 11935 salie — 11937 meste daie

  1. — 11943 Trouet — 11947 Dũs uuemãs — 11948 le roe — 11949 Nauoit — 11950 qi ese r. — 11951 la leoit — 11952 la cras floiblot.