Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/139

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« E parlerons un petit dou mangier,
« Car non hui mie gran leisir, ne hoi ni er. »
11665Lor veïsés entor lui demener
Cels galiot e le dois aprester.

DVI[1]

Quand laveis fu et asis li baron,
Li bon Baudor, cui Diex baptisme don,
S’ala seoir joste li niés Karlon :
11670Nel conevoit, por ce il fist raixon.
Li duc manjue, qi ot forte caixon.
Quand oit supé (qe de super leiron)
E laveis sunt, pois li aporte l’om
Dos estevaus e dou primer giron
11675E descendrent contreval li dormon.
Ne vos savroie conter por divison
228 aLe gran richeçes qe dedens troveron,
Le riches pailes, li var, li siglaton,
Li or, l’arçant, li peires, li carbon.
11680Baudor tenoit au poing son compaignon.
« Amis », dist-il, « tot cist tesor vos don ;
« Conquis l’aveis e feit ma venjeison.
« Ne vos en quer fors un sol geardon :
« Quand vos serois dedens ma region,
11685« Je ne ai nul fils, e si sui riches hom,
« Fors une fille qe Salomé a nom :
« Mout par est belle ; s’en vie la trovon,
« Bier, prenéç la por tiel division
« Qe fil engendres ; e syr de ma maixon
11690« Vuel qe soiés aprés ma finixon. »
Roland le prend riand por le menton.
« Syre », dit il, « deman nos parleron ;
« A mon pooir complirai vostre bon. »

  1. — 11671 qi oporte c. — 11672 Q. oit supee — 11692 deman uos p.