Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/136

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Mais si cum tu eis garnis fusent esté :
« Tu ne i avroies solemant regardé.
« Sainte Marie, roïne mer de Dé,
11575« En quel desgraçe sui de vos fils entré !
« Tuit les honor deu siegle ai oblïé.
« Oliver frere, en vos le recevré :
« Vos ni aveç paril au siegle de bonté. »
De ces paroles s’est li duc saolé :
11580226 aD’autre mangier ça n’i vient volenté.
Atant qe il a cist gran duel demené,
Fu l’estormant de la nef arivé
Cum .vii. sarçant en un batel feré ;
Blance oit la barbe e bien fu conreé
11585Selong la guise dou reigne und il fu né.
Roland le voit, le vis lor a torné.
Ainc qe fussent li Paiens aprosmé,
Est le stormant devant lui genoilé ;
En son langaje dist : « Ci t’a envoié,
11590« Vertuos home, la divine bonté :
« De dous dyables m’ais encui delivré.
« Ois m’avoient cis glotons menacé
« D’oncir, por qoi ne i avoie amené
« En lor païs e ja avoient juré
11595« Qe sol por moi e por mes gran pecé
« Estoit le oraje e le mal temps levé.
« Garis m’avés, qe estoie perilé :
« Bien en devés estre geardoné.
« Se vos d’avoir eüsés volunté,
11600« Tot cil dormons en est plain e rasé.
226 b« E se volrés venir en mon reigné,
« Moi e cestors vos ferons fiauté :
« En pluisor leu gran besoing nos avré. »

    — 11574 mere — 11576 seigle — 11585 E long en la g. — 11589 legaie — 11594 E lor p. — 11600 en manque — 11601 e mõ r. — 11602 feront — 11603 E p. l.