Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ce ne fu mie Vailantin qe il trova,
Car pués le jor que le grand saut dona
Dedens a Noble, plus ne le chevaucha,
Si duremant cil jor le travaila.
11490A cestui a mis le frain qe il amena
E puis la selle lui meismemant cengla.
Cinte a la spie e son eume alaça,
Prend son eschu, en son cival monta,
Seigne son vis, a Diex se commanda ;
11495Ne s’en veit mie por und il ariva,
Mais vil se tient qe ne sa o il va.
Troi jor chevauche li dux, q’il non trova
Creature dou siegle e ni boit ne manja.
Endroit li vespre, quand li sol declina,
11500Dou forest s’en ensi, sor la mer ariva.
Li temps fu torble, un petit plovina ;
De vers traverse fiert vent e mer onda.
Sor le rivaje le baron s’aresta ;
Entor lui garde e dit qe devinra :
11505224 bCi ne vi port ni abitacle i a.
De retorner al roi a poi ne forsena,
Quand un autre penser sorvient, qe revela
E dist qe ens en la mer ancois s’anoiera.
Tot entor lui bellemant remira :
11510Un dormons voit venir qe por paor ancra,
E dedans un batel dui merceant entra
Q’en la nef estoient, tiel paor le mena,
E siglerent a force tant qe il ariva.
Sor l’erbe sunt asis e ceschuns d’els manja :
11515Pan e carn ont asés, dond il s’en saola.
Rollant, quan le percuit, cele part randona.

    — 11486 Peut-être trova doit-il être corrigé en mena — 11487 grandi — 11496 M. por uil — 11499 il sol — 11502 fier mer e uent o. — 11508 en manque.