Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/131

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Por tenir son destrer n’i trova creature ;
Au ceval tolt la selle o tot la cengleüre,
11435Pois i oste le fran de fin or de manure ;
Aprés boit le cival, qe tresuoit d’ardure.
Le barons le mena por dedens la valure
Ou l’erbe estoit tendre e longe a desmesure :
Piece ne fu trenchie por la gran guere dure,
11440Car bien a trente leigues, ce conte la scripture,
N’i abitoit borçois ne nul en apasture,
Car fuïs estoient, cum est la lor nature.

CCCCXCVIII[1]

Pués repaire le duc aprés de la fontaine ;
Le cival laise pastre, qe ses reines entaine.
11445223 bDejoste un anglenter, dond li fleiror est saine,
Meïsme se desarme li neveu Carlemaine.
Sor son eschu se chouge cum aïrose vaine ;
Membre lui de son pere, qe jadis fu la graine
De tot buens chevaler, quand fu mort en Ardaine ;
11450De son aiol li mambre, de sa geste anciaine ;
De ce qe i estoit feit ire ne li lontaine.
A grand onte se tient qe creature humaine
Le oüst oseç ferir, se il non portast la paine.
La couse qe tot jor un poi li fu germaine
11455L’a visitei e dir i fist parole vaine :
« Rollant, or estes sol en gaudine selvaine,
« Qe solïés avoir en le vostre demaine
« Vint mile chevaler por la glesie Romaine !
« Ni soloie descendre ni in camp ni en taine
11460« Q’as estriver n’aüse mant fils de castelaine :

    — 11436 qe tresoit — 11442 la manque

  1. — 11443 P. reparie — 11444 s. r. ẽtaine ; le dernier mot paraît fautif — 11445 li fleisor — 11446 li neu carlelmaine — 11448 qe iadeus fu — 11453 La oust — 11455 Li u — 11458 Uint mil chr̃ — 11460 taine paraît fautif.