Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« De l’ensir hors n’i soit lung terme quis. »
Lors s’est leveç Carion l’aupatris.
« Signor », feit il, « de molt luitan païs
8145« Sui ça venus por avoir lous e pris :
« Le primer colp vos soit par moi requis.
« Je m’en istrai insamble mes noris,
« Si irons combatre sor la loi Jesu Cris.
« Deviseç donque, s’en heüse li pis,
8150« Che li segont soient amanoïs
« Par moi secorre, se mester me faïs. »
Dist Balegant, che li oit feit un ris :
« Volunter, sire ; tot a vestre devis
« Secors avrés contre cil de Paris. »

CCCXLVI[1]

8155Balegant parle e dist : « Oiez, signor.
« Roi Carion soit li primer honor :
« Lui e ses homes s’en istrunt a l’aubor.
« Mais je n’entant che graile ni tanbor
« I soit soneç, tant che l’emperaor
8160« Istra des lices cum sa orïeflor.
« A une part dou camp seront cestor,
« E la segonde renge un pou plu desor :
156 b« Cele condue Turquins e Sinador.
« Aragoneis seront aveche lor
8165« E Darïens e Valestranior,
« Troi mil archiers e doe mil ferior.
« Grace lor doint le Roi superior
« Ch’il s’en tornent demain a grant honor.

    — 8146 roquis — 8151 secorte se mestre

  1. — 8156 R. carion doit — 8161 seroit — 8164 seroit — 8165 ualestramor.