Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/129

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

En son lit va chouchier le roy qe tient Clermont ;
Diex proia por sun niés de verais cuer parfont.

CCCCXCIV[1]

11385Le jor en est alés e la nuit vient serine.
En la ville furent la puite gent Païne,
Bien garderent les mur e la tor gigantine.
Oliver s’engenoile dedans une cortine ;
Ensi se dementoit cum pulcelle orfenine.
11390« Verais Diex », dit le duc, « por ta vertu divine,
« Qe feïs de ta mer celestial roïne,
« Tu consoile celui por cui ma joie fine ;
« Tant qe jel reverai n’avrai joie enterine. »
Plorand se veit chougier dedens un lit d’ermine.
11395Li duc Rollant chevauche por meis la desertine,
222 bSon eschu a son col, el poing l’aste fraxine ;
La nuit atrova bestes mantes de salvaxine
Qe sor le bon cival volent vivre a rapine,
Dond le bier a son gleive en fist gran disipline.
11400Endroit primes sonans trova il, a cil traïne,
Une place reonde dedens la gran gaudine
E une fontanele plus cler qe eve de Rine,
Adornee et encluse de fort piere mabrine
E bien afiguree de l’ouvre Saracine.
11405De la biauté de lei dirai vos la convine.

CCCCXCV[2]

La fontaine sordoit por enging torneïs
En un piler de maubre qe est de mur voutis.

    — 11384 sum nies

  1. — 11385 e manque, sereine — 11390 Ueraie — 11392 Tu consoil — 11397 b. mant de saluanxine — 11400 E. le primer sonãt — 11402 p. chiere — 11403 Adorne.