Ouvrir le menu principal

Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Droit emperere », ce a dit Oliver,
« Si m’aït Diex, mout feites a blasmer.
11235« Nuls sajes hom ni devroit mais errer
« E plus doit estre sajes li justixer
« Qe cil qe vient a lui droit demander.
« En une part pois Rolland eschuser,
« Qe, quand de camp nos partimes l’autr’er
11240« E q’il vos vit le Saracins caçer
« Ne sun secors ne vos avoit mester,
« Ja por itant ne voloit il laixer
« Q’il non venist aprés vos volantier.
« A l’esmovoir i vint un espioner :
11245« Bernars de Meus, ensi l’oï nomer.
« Qel lui dixis, ne vos sai spoblïer.
« Nos le seguimes qual part il volt aler :
« Tote le soire, per vals e por rocer
« Nos amena nostre bon guioner ;
11250« Ad une nuit, endroit li galcanter,
« Oimes de Nobles la gaite en aut corner.
« En quatre part nos fist la nuit sevrer ;
219 b« Le maitinet alames dentre entrer.
« Mais tot ce qe estions .xx. miler,
11255« Nos eüsent Paiens mis al fraper :
« Sol vostre niés nos i fist delivrer.
« Ne fustes mie a veoir son destrer
« Quel saut il fist a lor bayre paser :
« Da mil Paiens le vi environer.
11260« Qe vos devroie, mon seignor, plus pleider ?
« Au roy li vi la teste detrencer.
« Quand rendus fu li gran paleis plener,
« Sor la tor fist vostre ensaingne drecer.
« Turch qe vousist de la mort escamper,
11265« De vostre part se convient reclamer,

    — 11241 Ne sum — 11244 iuient — 11247 uoelt a. — 11248 T. le seoire — 11254 ce qe stions — 11256 i manque — 11261 Au roy uit.